téléchargement

Diminuer le texte Appuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Envoyer l'adresse de la page à un ami Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.

Exporter au format PDF (nouvelle fenêtre)



Présentation

Nîmes Métropole Jazz Festival est désormais une vraie référence. Avec une billetterie qui en fait l’un des festivals les moins chers d’Europe, il est devenu, au fil des ans, l’un des temps forts et participe du rayonnement de notre territoire.

Le mot d'Yvan Lachaud et de Joël Vincent

Photo des élus Yvan Lachaud et Joel Vincent

C’est donc la onzième édition de ce festival de Jazz, qui, à l’heure de la rentrée, vient rythmer notre agglomération. Onzième édition mais toujours cette volonté d’être à la portée du plus grand nombre, de la plus grande des villes au plus petit de nos villages. Et puis encore, cette réalité économique et sociale qui parvient à conjuguer les talents les plus réputés avec des tarifs accessibles.

Bien sûr cet événement, comme tant d’autres, participe au rayonnement de notre territoire. Il est au fil des ans devenu l’un des temps forts, et à côté des Vendredis de l’Agglo, des traditions taurines, de notre soutien à Paloma et de son festival TINALS,... Nîmes Métropole Jazz Festival est désormais une vraie référence.

Ce festival a su s’ouvrir à tous les styles de jazz, a su dénicher et promouvoir de nouveaux talents, une nouvelle génération s’invente ici et valorise les artistes vivants sur notre territoire. D’autres plus réputés reviennent et se mêlent aux plus jeunes.

Enfin, le mot mondialisation prend ici tout son sens. Qu’on salue seulement la cohabitation de chanteuses capverdienne et coréenne, tel qu’il en sera le cas cette année, que l’on salue encore la rencontre de musiciens américains, latinos et européens, il faut être fiers de ces rencontres-là, surtout lorsqu’elles animent à ce point notre cité.

Enfin comment ne pas se satisfaire de l’avant-premièrede jazz rumba club que l’on doit à notre compositeur local, Roé. Et parce-que nous voulions que ce festival s’ancre toujours plus dans notre quotidien et qu’il permette l’expression de talents locaux, voilà que cette année, et pour la première fois, l’affiche du festival est signée du peintre nîmois Jacques Bucchini.

C’est cette addition de talents qu’il est pertinent de rassembler, de promouvoir pour doter notre agglomération d’une réputation nécessaire à son épanouissement. Voilà pourquoi, il convient d’être partenaire de ces évènements-là. D’autant que le tourisme dont nous avons aujourd’hui la charge, ne saurait s’arrêter à cette Romanité dont nous pouvons être si fiers.

La Romanité justement, au-delà des monuments remarquables qui nous ont été légués, c’est aussi celle des légions en marche, des conquêtes et des victoires, c’est cette Romanité-là aussi que nous voulons porter, célébrer et ce festival y a bien sûr toute sa place.

Rendez-vous à La Calmette donc pour cette soirée d’ouverture le 22 septembre.

Yvan LACHAUD - Président de Nîmes Métropole
Joël VINCENT - Membre du Bureau communautaire, délégué à la Culture, Maire de St-Gervasy

Le mot de la Direction artistique

Nîmes Métropole Jazz Festival, caractérisé par son itinérance, va sillonner l’agglomération avec 15 concerts pour cette onzième édition qui s’annonce comme l’une des plus denses jamais réalisée avec une billetterie qui en fait l’un des festivals les moins chers d’Europe. Le Festival c’est aussi une ambiance conviviale avec ses entractes gourmands, occasion de déguster des produits du terroir.

La programmation met en valeur les nouveaux visages du jazz et consolide des fondamentaux qui semblent faire école : elle s’ouvre à tous les styles de jazz, révèle la nouvelle génération, valorise les artistes vivant en région.

Certains artistes se produisent par chez nous pour la première fois comme l’irrésistible chanteuse capverdienne Lura, la nouvelle sensation du saxophone Jowee Omicil, le jeune violoniste Franco New-Yorkais Scott Tixier.

D’autres sont fidélisés par le festival ; c’est le cas d’Hiromi qui après son concert époustouflant en 2016 revient avec un projet inédit en duo avec le harpiste Edmar Castaneda.

Les chanteuses Youn Sun Nah et Stacey Kent, le trompettiste Avishai Cohen, sont de retour à Nîmes et signent cette année de merveilleux albums qu’ils présentent au public du festival.

Avec René Urtreger, Louis Sclavis, Vincent Courtois, Michel Pastre, Julie Saury les maîtres du jazz français, anciens et nouveaux, sont représentés pour des concerts qu’on espère d’anthologie.

L’avant-première « Jazz Rumba Club » du chanteur et compositeur Roé, « Dizzy El Afrocubano » de Mansfarroll & Campana Project pour le 100e anniversaire de la naissance du légendaire trompettiste, le nouvel album de Mathis Haug, le trio Zephyr, le groupe Jinsei, compteront sans doute parmi les belles surprises du festival.

Plusieurs nouveautés sont proposées cette année afin de donner du sens à l’idée d’un festival pour tous : « Jazz en Famille », soient deux après-midi dominicales gratuites pour les enfants, une soirée en complicité avec la Scène Nationale du Cratère à Alès, un « festival off  » piloté par Jazz70, ouvert à toutes les écoles de musique de l’agglomération et qui va à la rencontre du public en milieu scolaire, dans les crèches, à Carré d’Art, aux Halles, au Cinéma le Sémaphore, dans les hôpitaux et à la maison d’arrêt de Nîmes.

Nous vous donnons rendez-vous à La Calmette le 22 Septembre 2017 pour la soirée d’ouverture de Ben l’Oncle Soul !

Merci de votre confiance, très bon festival à toutes et à tous. 

Stéphane KOCHOYAN - Directeur artistique, membre de l'Académie du Jazz
Quentin JAMES - Assistant de production

24

agenda

Evénements
Mois précédent Juin Mois suivant
L M M J V S D
  01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30  

Tous les événements


    

    ACCES A LA BILLETTERIE